Coignet, Jules   [Hrsg.]; Achard, Amédée   [Hrsg.]
Bade et ses environs — Paris, 1858

Seite: 12
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/achard1858/0020
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
BADE.

Celui qu'on voit aujourd'hui a été bâti vers la fin du xvir siècle, et restauré avec luxe par le grand-
duc Léopold.

La tour de Dagobert est le seul vestige qui soit resté debout du château habité par le margrave
Christophe. Elle domine un jardin privé qu'on appelle Schneckengarten (jardin des escargots).

La collégiale de Bade, où reposaient les ossements des princes de l'antique maison de Zœhringen,
datait du xiv" siècle ; mais, ainsi que tant d'autres monuments du Palatinat, elle fut incendiée
et renversée en 1689 par les armées françaises, qui ne respectèrent pas les tombes des margraves.

Cette église, déchue de sa splendeur historique, fut reconstruite en 1753 et restaurée en 1837. On
y voit encore dans le style rococo du xvnf siècle les tombes de quelques-uns des princes de la famille
régnante. Celui de Louis de Bade, le vainqueur des Turcs, mort en 1707, est dù au ciseau de Pigalle.

Eglise d'Oos.
loading ...