Coignet, Jules   [Hrsg.]; Achard, Amédée   [Hrsg.]
Bade et ses environs — Paris, 1858

Seite: 54
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/achard1858/0062
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
GERNSBACH.

la tête blonde d'une petite fdle ; un ruisseau s'échappe avec un bruit joyeux du milieu d'un jardinet ;
le mufle d'une vache se montre par une lucarne, et à l'angle d'une ruelle un christ ouvre ses bras de
pierre.

Une maison charmante entre toutes arrête le regard. Cette maison, d'un rose tendre, est l'hôtel de
ville qui s'élève près de l'église. Elle est haute, à toit pointu avec pignons, et percée de nombreuses
fenêtres enjolivées de fines sculptures. Ce n'est pas, si vous voulez, une merveille d'architecture, avec
fleurons, arabesques, statuettes, chapiteaux bizarres, encadrements fouillés par le ciseau d'un artiste
inconnu, comme on en voit en Belgique et sur les bords du Rhin. Non; mais tel qu'il est avec sa façade
coquette où la pierre est travaillée, son toit ouvragé, sa forme élégante, l'hôtel de ville de Gernsbach
plaît aux yeux et arrête un instant l'artiste qui le découvre. Tout alentour vous n'aurez pas de peine
à trouver des maisonnettes qui seraient charmantes dans un tableau : ce sont des planches et un
peu de plâtre, quelques fleurs et des portes basses. Le charme naît de la couleur et de l'harmonie.

La petite église de Gernsbach, située au pied de la montagne, avec son clocher qui sort du milieu
des toits, achève la décoration de cette jolie bourgade.

La partie de Gernsbach située sur la rive gauche est vieille encore ; la partie située sur la rive droite
est toute neuve.

Cette fraîcheur et cet aspect confortable, cette régularité, que déplore le paysagiste, mais qui plaît
à l'industriel, tout cet ensemble propre et cossu, la partie droite de Gernsbach le doit à la révolution
fatale qui mit un instant le grand-duché de Bade en péril en 1849.

Les insurgés occupaient une position sur la Murg ; l'armée prussienne, commandée par le prince
royal, les attaqua le 29 juillet 1849, et, pendant le combat, un incendie dévora toute cette portion de
Gernsbach.

Quand les insurgés lâchèrent pied, les maisons étaient en cendres.

Si l'on descend la vallée de la Murg, le paysage s'élargit. Les cultures deviennent plus riches et
plus variées ; mais le paysage perd en accidents de terrain ce que la terre gagne en productions.

Des villes et des châteaux se succèdent aux bords de la Murg, promenade que les étrangers ne
manquent pas de faire en descendant de Gernsbach pour retourner à Bade. — Voilà d'abord Hœrdten,
petite ville d'un millier d'habitants, au pied du Galgenberg. — C'est encore là un pays de scieries ; ce
batardeau arrête les bois flottés qui descendent de Forbach et de Gernsbach. De grandes îles coupent
le lit du fleuve.

Les scieries d'Hœrdten appartiennent à la société des bateliers île la Murg. Cette société, dont l'exis-
tence remonte à une époque fort ancienne, rappelle par son organisation ces corporations qui jouèrent
un si grand rôle dans l'histoire des villes au moyen âge, et qui furent le berceau de la bourgeoisie.
La société des bateliers de la Murg ne possède pas seulement des scieries et des bateaux ; elle a encore
des forêts d'une étendue de 22183 arpents divisés en trois cent sept lots, oii croissent à merveille
les meilleures essences de bois, le chêne, le hêtre, l'ormeau, le sapin, le bouleau, le frêne, l'érable
et le mélèze.

A quelque distance d'Hœrdten, la Murg heurte un énorme rocher, s'incline brusquement, dépasse
le Schœnlenberg, et atteint Ottenau, au delà duquel on trouve Gaggenau, célèbre par le voisinage de
l'Amalienberg.

Autrefois c'était un pâturage sur une montagne. Maintenant c'est une terre magnifique. Un paysan
tyrolien, à la mémoire duquel le grand-duc Charles-Frédéric a fait élever un monument en 1804,
Rindeschwender, a opéré ce miracle à force de travaux, d'art et de patience.

Tout auprès de Gaggenau, le touriste rencontre le château de Rothenfels, séparé par la Murg du
village du même nom.

Le château de Rothenfels est tout ensemble un château, un hôtel et un établissement de bains. La
source d'eau minérale et saline qui alimente cet établissement, situé au pied du Schanzenberg, a été
découverte, il y a un certain nombre d'années, par des spéculateurs qui cherchaient un gisement de
loading ...