Coignet, Jules   [Hrsg.]; Achard, Amédée   [Hrsg.]
Bade et ses environs — Paris, 1858

Seite: 94
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/achard1858/0102
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRIBOURG EN BRISGAU.

la paix de Presbourg la donna au grand-duché de Bade en 1806. Berthold Schwarz, qui passe pour avoir
découvert la poudre vers 1450, est né à Fribourg.

Fribourg a une église et une université. L'église est du xne siècle, l'université est du xve. Mathieu
Hummelbach, un de ces hommes que l'amour de la science prenait dès le berceau, en fut le premier
recteur en 1460. Le grand architecte à qui l'on doit la cathédrale de Strasbourg, Erwin de Steinbach,
fut le créateur du Munster de Fribourg.

Mathieu Hummelbach est une de ces vaillantes figures dont toutes les biographies racontent le zèle,
les patientes études, la persévérance. Voué à son œuvre, le savant Mathieu Hummelbach y consacra
sa vie entière.

Né à Villingen, dans la forêt Noire, en 1425, Mathieu Hummelbach, docteur en trois facultés, avait,
dès l'âge de trente ans, une réputation qui s'étendait en Allemagne et en Italie, et qui le fit désigner
par le duc Albert d'Autriche pour l'aider à fonder une université, lorsque ce prince songea à enrichir
Fribourg d'un établissement scientifique. On célèbre à l'université de Fribourg la fête anniversaire de
sa fondation, encore à présent, chaque année, le 27 juin.

Quant à l'église de Fribourg avec son clocher féerique, son porche et son peuple de statues, elle
a été popularisée en Europe par la gravure. Elle est de celles que tous les yeux reconnaissent.

La cathédrale et l'université ont résisté à toutes les tourmentes et à toutes les guerres. La religion
et la science ont semblé se prêter un mutuel appui. Le Munster de Fribourg est un des plus beaux
monuments de l'art catholique en Allemagne. Le style gothique n'a rien produit de plus complet. Si la
flèche du Munster n'a pas l'effrayante élévation de sa voisine de Strasbourg, elle a une grâce, une
légèreté et une hardiesse que rien ne semble pouvoir surpasser. Cette flèche, quadrangulaire au point
où elle s'assied sur la façade de l'église, devient octogone au tiers à peu près de sa hauteur. La pyra-
mide qui la termine est brodée à jour, la lumière se joue entre les étoiles de pierre qui la composent :
c'est une architecture aérienne qu'on dirait bâtie par un peuple d'esprits. A l'entrée de la grande nef,
vingt-huit statues, où la science et la religion, la poésie et la philosophie, sont comme mêlées et
confondues, semblent protéger l'église de leurs nombreuses allégories.

Une promenade dans l'intérieur du Munster vous mettra face à face avec un grand nombre de ces
richesses que l'artiste va chercher au loin. C'est une chaire taillée dans un bloc de pierre, en 1561, par
Jœry Kempf ; des sculptures en bois d'un beau travail et parmi elles une Adoration des rois de 1505 ;
des tableaux attribués à Holbein le jeune, un surtout fort remarquable, saint Augustin ; un crucifix
peint en 1512 par Baldung Grùn; le tombeau du duc Berthold V de Zœhringen, qui était, en 1212, le
dernier de sa race ; un christ byzantin de cuivre doré rehaussé de pierres brillantes ; une vierge en bois
qui date de 1520; puis surtout ces magnifiques vitraux du xive siècle faits de mosaïques de verre
entièrement colorées dans la pâte.

Sur la place même où s'élève le Munster de Fribourg on admire leKaufhaus, — Hôtel du Commerce,
— dont les pierres rouges font face au portail méridional de la cathédrale. Peu de villes ont un édifice
d'un aspect plus charmant et plus curieux. Victor Hugo l'a vu dans sa course au bord du Rhin, et voici
quel souvenir il en a gardé : — « Maison du xvc siècle, à toit immense en tuiles de couleur, à pignons
en escaliers, flanquée de deux tourelles pointues, portée sur quatre arcades, percée de baies charmantes,
chargée de blasons coloriés, avec balcon ouvragé au premier étage, et entre les fenêtres croisées de
ce balcon, quatre statues peintes et dorées, qui sont : Maximilien Ier, empereur; Philippe Ier, roi
de Castille ; Charles-Quint, empereur ; Ferdinand Ier, empereur. »

La vieille université de Fribourg possède une bibliothèque qui renferme plus de 120 000 volumes
et un grand nombre de manuscrits ; elle compte trente-cinq professeurs et cinq à six cents élèves.
L'archevêque métropolitain du grand-duché de Bade et de Wurtemberg réside à Fribourg.

La ville est d'une propreté hollandaise. Des cailloux noirs dessinent des mosaïques sur les dalles
blanches des trottoirs, le long desquels se dressent ces maisons coloriées que l'on rencontre dans toutes
loading ...