Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 5
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0015
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0015
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 5 )

autres, assure également le bonheur de tou?*’
Nous avions des guides sages & éclairés
dont les exemples, autant que leurs leçons ,
nous dirigeoient dans la carrière de la piété
& de la vertu ; des pasteurs de paix dont
le zèle charitable nous consoloit dans l’afflic-
tion, nous soulageoit dans la misère, nous
apprenoit la science du bonheur, en nous
instruisant de nos devoirs. Nous avions un
roi que nous honorions comme notre sou-
verain , & que nous chérissions comme notre
père; un roi assez puissant pour nous défen-
dre , sans être allez absolu pour nous asser-
vir, un roi dont l’autorité tutélaire proté-
geoit nos personnes & nos biens, prévenoit
les séditions & les troubles, nous couvroit
dans tous les tems, dans tous les lieux de
son ombre bienfaisante.

Rappelions-nous ces tems profpères dont
il ne nous reste plus qu’un souvenir déchi-
rant. Tout François étoit sournis aux loix ,
& n’étoit sournis qu’à elles ; la juRice ouvroit
ses tribunaux à l’homme soible comme h
à l’homme puiffant, pesoit dans la même
balance les droits du seigneur & ceux des
yassaux, soumettoit à ses décisions h soib

A 3
loading ...