Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 14
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0024
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0024
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
qu’elle subit de jour en jour sous îa mahi
de leurs successeurs ; & l’anathême dont elle
fut frappée par vos troisièmes représentants ;
& la confiatution républicaine qu’ils substituè-
rent à la place de cette consbitution sans
nom ; & le gouvernement révolutionnaire qui
suspendit rétabiisTement du gouvernement
républicain ; Si la terreur qui vous glaçoit
à la vue du sceptre ensanglanté du féroce
Robespierre ; & la feinte douceur qui vous
captive sous la domination également ab-
solue de ses hypocrites succesTeurs. L’alTem*
blée constituante commanda le schisme &
1 hérésie : vous obéîtes. La première légis-
lature voulut que les églises catholiques ÿ
tolérées jusqu'alors, fussent fermées désor-
mais : vous obéites encore. La Convention
a proscrit sans réserve toutes les religions 8c
tous les cultes : vous obéissez toujours. Un
moment, elle exigea vos hommages pour
cette déejje de la raij'on , que l’on avoit parée
de tous les ornements de la débauche ; &
toujours sournis , vous fûtes idolâtres d’une

pas un article de la corstitution de 1791 qui ne
soit une infraétion du vœu national exprimé dans
ïes mandats des députés qui l’ont faite.
loading ...