Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 20
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0030
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0030
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 20 )

c¥coit pour la gloire de leurs faufiles divi-
nités; s’ils proscrivoient les têtes élevées qui
leur portoient ombrage, au moins ils lais-
soient le peuple libre & tranquille dans ses
hameaux. Nos Nérons modernes frappent 5
sans distinclion , les sedateurs de Luther &
les disciples de Jésus, mettent sous le même
joug la nation toute entière , & font du peu-
ple Français un peuple d’esclaves & d’athées :
heureuses les victimes qui ont expiré sous
les coups du terrorifma ! leurs tourments sont
finis»

Trompés sur la souveraîneté qu’on vous
attribue faussement, trompés sur la liberté
-dont le vain nom retentit chaque jour à vos
oreilles, vous l’êtes encore par la chimère
d’égalité qui éblouit vos yeux : cette éga-
lité , telle du moins que vous l’avez con-
çue , n’exista jamais , jamais elle n’existera
entre les citoyens du même empire.

Dans les états, monarchiques ou républi*
cains, il faut des personnes qui comman-
dent, & des personnes qui obéissent ; il faut

des officiers intermédiaires chargés de pren-

\ >

dre les ordres de ceux qui les intiment,<
pour les transmetrre à ceux qui doivent les
loading ...