Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 30
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0040
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0040
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( ;o J

de leurs caprices du sort de la France j qui
s’arrachent rapidement les uns aux autres uri
sceptre.de fer, & à nous tous, de serviles
hommages; qui fondent leur autorité sur
les cadavres de leurs rivaux , & la cimen-
tent par le sang de leurs esclaves ; despo-
tisme d’autant plus inévitable, que ses mille
bras s appesantissent en même tems sur tou-
tes les contrées de son empire ; d’autant plus
terrible, que notre sénat, asservi lui même ,
en a sait une loi, & que cette loi est tracée
en sangîants caractères. Telle est la souve-
raineté du peuple) telle est la liberté des
François.

On chercherait en vain à vous déguises
cet état d’oppression qui se fait sentir dans
tous les points de votre existence :• mais on
s’efforce de vous persuader que le gouver-
nement républicain, succédant bientôt au
gouvernement révolutionnaire, vous ouvrira
enfin les sources du bonheur. Aveugles Fran»
^ois ! vous lailserez-vous éternellement ber»
cer par de vaines pronjestes & par un chi-
mérique espoir? Le bonheur!.,., il y a six
ans qu’on nous le promet, & il y a six ans
qu’on nous enfonce de plus en plus dans un
loading ...