Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 31
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0041
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
< Si )

gouffre d’infortunes. L’asîemblée Consti-
tuante, en renversant la monarchie, nous
promettoit le bonheur, la première législa-
ture, en altérant l’ouvrage de l’AsTemblée
Constituante , nous promettoit le bonheur;
la Convention Nationale , en assassrnant
notre roi & renversant nos temples, nous
promettoit le bonheur. C'est au nom de no-
tre bonheur que les fèâér ali fies voulaient di-
viser la France ; & que les Parisieus ont
voulu la maî.tnser ; c’est au nom de notre
bonheur que les terronjlcs nous exterminoienÊ
il y a quelques mois, & que les modérant! sî-
tes nous dupent aujourd’hui : depuis six ans,
enfin , nos empiriques législateurs nous
présentent, à travers un tiïïu de calamités
trop réelles , la brillante perspeétive d’un
bonheur qui fuit devant nous. Que sont ils
devenus, ces faux prophètes qui nous an-
ïionçoient tour à-tour la plus superbe desti»
née? Le torrent de la révolution les a tous
entraînés dans le même abyme , ainsi que
leurs fastueuses promelTes.... Disons mieux :
wn Dieu vengeur a détruit, les uns parles
autres, tous ces chefs de l’iniquité & du
mensonge. Oh! qu’elle est impénétrable dans
ies décrets, mais terrible dans sa golère t
loading ...