Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 34
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0044
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0044
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
{ ’4 5

pas ses irréconciliables ennemis ; nos prin-
cipes tendent trop ouvertement à la ruine
de toutes les monarchies, pour qu’aucun
monarque puisfe être appaisé par la rétrac-
tation hypocrite des ménagés que nous avons
faites contre tous. Le gouvernail de la ré-
publique change de mains trop rapidement,
pour qu’aucune puisTance ose se confier à
l’instabilité des pilotes qui le dirigent. Une
paix particulière ne seroit qu’une trêve frau-
duleuse. Inspirée par la ruse , négociée par
3a défiance, lignée par l’impostivre , chaque
partie n’y chercherait que les moyens de
recommencer la guerre avec plus de succès ;
& celle des deux qui seroit allez simple ,
pour compter sur la foi du traité qu’elle au-
rait conclu , se prépareroit à devenir la vic-
time de l’autre , après en avoÎF été la dupe.

C'est principalement dans les viéloires de
îios armées que vous placez votre con-
fiance. Ah! je le vois avec une sorte d’or-
gueil : au milieu de cette désorganisatîon
universelle qui a bouleversé la face du
royaume & dénaturé les mœurs de ses ha-
bitons, notre antique bravoure nous refis
encore , & l’honneur, égaré dans le cœur
loading ...