Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 39
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0049
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0049
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 39 )

qui le renferme ! Oui , nos armées sont triom-
phantes du Nord au Midi : mais nous pro-
curent-elles la tranquillité & le bon ordre?
Nous donnent-elles du numéraire & des sub-
sistances? Nous fournissent'elles des agricul-
teurs & des ouvriers? Au contraire, pour
les nourrir, on nous affame ; pour les ap-
provisionne-r; on nous dépouille; pour les
préserver de la disette, on nous en fait res-
sentir toutes les horreurs. Ce n’estpas tout:
ces armées si redoutables s’épuisent par des
efforts sans celle exagérés, elles se consu-
ment par des succès trop chèrement acquis ;
elles convertissent* la France en un vaste
désert, par les milliers de combattans qu’el-
îes absorbent chaque jour. Encore quelque
victoire , & ces masses qui renversent tout
par leur poids , seront détruites à force d’a-
voir vaincu ; puis la dévorante requisition
nous enverra braver, à notre tour, les fati-
gues & la misère , les maladies & la mort ,
jusqu’à ce qu’il ne reste plus, dans nos pro-
vinces dévaluées , que des vieillards sur Iç
bord de la tombe, des femmes traînant la
charue, & des enfants périssants au berceau:
affreuse deftinée que la république nous
prépare !

P 4
loading ...