Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 43
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0053
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0053
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 43 >

être qu5un horrible théâtre où la scène & les
aéteurs changent souvent, mais où la terreur
& la licence régnent tour-à-tour ; tous les
aéles de toutes les pièces qu’on y joue, se
terminent nécesFairement par de sanglantes
catastrophes, jusqu’à ce qu’il l'oit renversé....
Oui, votre république sera renversée. Atten-
dez que le gouvernement révolutionnaire ait
cessé de la comprimer , & bientôt elle se
dissoudra comme un corps dont les parties
n’ont plus de liens. Attendez que le délire
cle la révolution n’exhalte plus le corps poli-
tique, & le reste des François , tombé dans
î’affaissement, se livrera sans résistance au
premier usurpar.eur qui daignera l’alservir :
telle est la marche invariable de la nature ;
nos législateurs ne la changeront pas avec
des décrets.

Les massacres dont le tcrrorifmc nourriroit
ses fureurs, l’anarchie, non moins cruelle
que l’impuissante main du mocUrantifme , ne
pourroit dompter le despotisme d’un usur-
pateur qui finiroit par enchaîner & les tcrro-
rljîcs & les anarchijles , ne sont pas les seuls
dangers dont le gouvernement républicain
nous menace : le plus grand de tous, mais
loading ...