Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 47
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0057
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0057
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
î 47 )

guerres civiles, plutôt que d’en éteindre uns
seule.

François, pcnsez-y sérreusement : telle est
notre position , qu’en nous obstinant à pour-
suivre nos chimères républicaines, nous pé-
rirons également & par la guerre & par la
paix. Si la guerre continue , le sol de la France
ne sera bientôt plus qu’une friche, où l’on
verra des cadavres & des racines entafîees.
S’il étoit possible que l’Europe fit la paix
avec la république , il faudroit ou que le
tcrrorlfme ne cessât de nous opprimer, &que
îa guerre civile en accrût les ravages ; ou
que l’anarchie nous conduisît au despotisme ,
& que la guerre civile lui servit de moyens.
Encore une fois , pensez-y : cette prédiction
est déjà vérifiée par les événements dont
nous sommes , depuis six années, & les té*
moins" & les viétimes.

Il est encore quelques réssexions bien im-
portantes que je dois vous présenter avans
de finir cette, adresfe.

Nos rois, sagement avares du sang de leurs
foldats j renonçoient à des entreprises qui cïï
loading ...