Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 48
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0058
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0058
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 4« )

enssent trop conté] : nos tyrans, cruellement
prodigues du san g des François s ne comp-
tent jamais les hommes que leurs projets au-
dacieux dévouent à la mort. Nos sois, lors-
qu'ils prenoient les armes pour notre sureté „
ou pour l’honneur du nom François, écar-
toient de l’agriculture & des arts les calami-
tés de la guerre : nos tyrans , en nous for-
çant de combattre l’Europe que leurs crimes
ont soulevée contre nous ,■ enlèvent aux arts
& à l’agriculture les bras qui les font sseurir.
Nos rois, qui nous ménageoient comme des
enfants chéris, ne composaient leurs armées
que de Soldats librement enrôlés : (i) nos

tyrans

-------i

(i) Il y avolt atuTi des milices très-peu nortîbreu-
ses, que le sort désignoit, qui, en tems de paix,
ne quittaient point le lieu de leur demeure, ni le
cours de leurs ouvrages, & qui durant la guerre,’
étaient principalement destinées à la garde des pla-
ces. Mais cette forme de milice, qui laiiToit d’ail-
leurs la faculté du remplacement, qui en fou’rnis-
soit même les moyens par une contribution volon-
taire, peut-on la comparer à cette loi destruétive qui
force de marcher tout François en état de porter
les armes? Elle était un bénéfice pour ceux que le
billet noir avoit favorisés ; elle n’étoit pour les cam^
pagnes qu’une charge insensible.
loading ...