Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 53
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0063
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0063
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 53 5

que leur confiance outrage , ils relèvent au-
jourd’hui leurs fronts humiliés; ils se traî-
nent, s’agitent, manœuvrent, & déjà grif-
fonnent de nouveau leur absurde constitu-
tion que la boue avoit efsacée.

N’attendez pas de moi que je me livre
à de profondes dissertations, pour vous dé-
montrer combien elle est contraire aux pre-
miers principes de la science du gouverne-
ment & du bonheur des peuples : je ne
veux vous présenter que des idées simples r
des réslexions à la portée de tous les esprits ,
& pour ainsi dire des preuves de sentiment.

Je vous demande d’abord si vous jouis-
siez d’un sort digne d’envie, pendant qu’elle
vous a gouvernés? Je vous demande si les.
charges publiques surent diminuées & la jus-
tice mieux rendue? Si l’or circuloitavec plus
d’abondance, & les denrées avec plus de
liberté? Si les négociants avoient plus de
débit, les artifants plus d’ouvragé , les pau-
vres plus de secours ? Si les habitants des
campagnes reçevoient plus de soulagements
dans leurs infirmités , trouvoient plus de res-
sources contre des sséaux imprévus, vovoienfc

d a
loading ...