Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 66
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0076
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0076
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
C «6 )

îétablisîe, & bientôt nous aurons ufrê repli»
biique nouvelle : car il est impostible qu’uii
roi sans pouvoir ne soit pas abattu ; & bien»
tôt aussi nous aurons de nouveaux Robers-
pierres : car il est impostible qu*au sein d'un
gouvernement anarchique , il ne s’élève pas
des tyrans. Malheureuse France ! si tu n’avois
pas eu cette constitution désastreuse , tu au-
rons encore ton Dieu & ton rdi * tes riches-
ses & ta tranquillité , ta gloire & tes vertus.
PuisTances de l’Europe ! des semences de
rébellion n’empoisonneroient pas vos empi-
res, st son souffle contagieux ne les y eût

pas répandus. Et qu’il me soit permis de

le dire, Ti vous eussiez voulu en étouffer le
germe.

Confus des reproches dont la France",,
l’Europe & sur-tout leur conscience les acca»
blent dé concert, les conjütutionnaires font
de vains efforts pour en rejetter le poids sur
leurs successeurs, & (pourroit-on le croire
sur les émigrés eux-mêmes.

Sur les émigrés._François il faut que

je vous dise la vérité toute entière , & que
3e brave la haine aveugle qu’on nous inF
pire contr’eux.
loading ...