Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 69
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0079
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0079
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 69 )

juslice la pins sévère pouvoit exiger d’eux ^
mais vouloient relier inviolablement atta-
chés à des principes que l’honneur & la cons-
cience rendoient sacrés à leurs yeux; l’un &
l’autre trouvèrent leur juslification dans cet
aéte mémorable que l’infortuné Louis XVI
fit remettre à l’AOemblée Conslituante , dans
le seul moment de liberté dont il ait joui.

Ils se sont opposés à la constitution de
179t..... Ah! s'il leur eût été possible d’y
résister avec plus de succès, que de grâces
nous aurions à leur rendre! mais pouvons-
nous les blâmer de l’avoir combattue, nous'
qui l’avons détruite ? Devoient-ils donc ap-
plaudir à la disToIutîon du corps politique ,
dont ils étoient les principaux membres , &
aux violentes spoiiations dont on vouloit
qu’ils suOsent les vidimes ?

Ils ont quitté la patrie..,. On pourroit dire
qu’ils ont fui une marâtre. Mais non : ils
ont pensé que pour secourir la patrie , il
falloit s’en éloigner; & trouverions - nous
mauvais qu’ils n’euiTent pas présenté la gorge
aux assalïins dont nos chefs les avoient
entourés?

Ils ont porté les armes.... Nous sommes ,
diront-ils, les premiers défenseurs des autels

E ?
loading ...