Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 71
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0081
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0081
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
C 7‘ )

^ masifacrerons, parce que nous hommes les»
a plt*s forts, si la fuite vous dero^^.u raas-
35 sacre , nous confisquerons votre part, tou-.
35 jours çn vertu du droit de U force. EH:-
il est des hommes astez, atrocement iniques
pour leur imputer nos calamités ? Ah ! si nous
eussions été justes , à leur exemple, nous
ne serions pas malheureux,.

A Dieu ne plaife que je fasie l'apologie
des mânes des Danton & des Marat, des
Roberspierre & des St- Just; mais je dirai
toujours , parce que l’intérêt de ma patrie
l’exige, & que l’évidence m’y contraint; je
dirai toujours que les cpnstjtutiannair.es. ont;
produit ces tigres avec toute leur fureur ; &
la république avec tous ses forfaits; je dirai,
puisqu’i] faut le répéter encore , qu’ils sont
les premiers, les véritables auteurs des. cala-
mités de la France, & des troubles des deux
mondes. Ce ne sont pas de vaines déclama-
tions que je vais leur opposer, ce sont des
faits : des faits qui ont pour témoin i’Eu-
îope entière; des saits dont la plupart sont
gravés dans les feuilles déchirées de leuy
tonslitution & dans les procès verbaux d©

E 4
loading ...