Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 72
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0082
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0082
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 71 >

leurs séances : qu'ils répondent s’ils le peu.,
vent, & s’ils l’osent.

Ce volcan dont les feux nous consument, &
qui a jetté au loin ses laves dévorantes, n’esl-
ce pas leur main qui ralluma , il y a fix années?/
Ne se sirent-ils pas un syslême suivi d’éga-
rer le peuple, de le pousser au crime, de
suggérer en secret , & d’autoriser publique-
ment tous ses excès , d'ouvrir une large voie
au brigandage & au meurtre , à la corrup-
tion & à l’impiété, au désordre & à l’anar-
chie? (i) Ne sont-ce pas leurs dogmes impies
qui ont préparé l’anéan-tissement de la reli-
gion , leurs principes séditieux qui ont se mê-
la révolte dans le cœur de la France, leurs
persides émissaires qui ont pétri ce levain
d’insurreéiion dont l’Europe est infeélée ,
leurs fraudulenses harangues qui ont excité
ïa haine contre les rois, en les confondant
avec les tyrans ; l’aversion de la monarchie ,
en les confondant avec le despotisme , la

(0 Jusqu’à dire dans la tribune aux harangues*,
que c’é.toit les nobles qui faisoient brûler leurs châ-
teaux & piller leurs archives : jusqu’à faire répany.
dre des ordres signés Louis, qui coinniandpjent aç
peuple cet horrible brigandage.
loading ...