Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 80
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0090
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0090
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 8o )

C^est par eux que la constitution civile dii
clergé a été faite.

Ils veulent la royauté : mais ils l’ont avi-
lie ; & le sacrilège qui l’avilit, lui porte des
coups plus funesles que la rébellion qui l’at-
taque : c’esl par eux qu’à été dressé l’écha-
laud où Louis XVI a péri.

Ils veulent l’ordre public : mais leur doc-
trine est esTentiellement destruélive de tout
ordre, de toutes règles, de tout gouverne-
ment, de tout état social : c’esl par eux que
la déclaration des droits de l’homme a été
publiée.

Iis consentënt à résormer leur code : mais
pour le réformer, il faut l’anéantir. Rendre
aux autels leur pureté qu'lia slétrie , au trône
les légitimes droits qu’il a nsurpés, à l'état
social ses fondements qu’il à démolis , telles
sont les réformes dont leur code a besom :
quand elles seront faites, ii n’exiltera plus.

Et que pourroit-on en conservér? Eli ce
le chapitre qui proclame les droits de l’homme?
IJ replongerait l’univers dans le chaos de l’e at
de nature; ou celui qui consacre la {cuve-
rai neté du pcuR: ; . u eûtes les na-

tions à la révolte, ou celui qui supprime ia,
noblesle & dégrade le clergé ? Il n’eii digne

que
loading ...