Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 81
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0091
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0091
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 8i )

(que des Vandales; ou celui qui confond les
députés dans une chambre unique? Il est le
tombeau des droits de la propriété ; ou celui
qui décrété la permanence d’une assemblée
nationale ? Il a été trop furjeste h la France;
( i ) ou celui qui livre tous les emplois aux
Fleétions populaires ? Il vaudroit mieux les
abandonner aux caprices du sort; ou celui
qui règle le gouvernement ecclésiastique ? Il
nous jette dans le schisme & l’hérésie ; oit
celui qui soumet la force publique aux mu-
nicipalités? I! la rend impuissante & nulle 5
ou celui qui dépouille le roi du pouvoir
législatif? On a vu si les François sont dignes
d’être leurs propres législateurs. (2) En un
mot, il n’est pas un seul de ces dogmes qui
ne soit impie , pas un seul de ses principes

(1) Le concours de plusieurs motifs, qu’il n’ese
pas de mon sujet d’exposer, peut rendre bonne,pour
l’Angleterre, la permanence de son Parlement: mais
cette institution ne convient ni au génie des Fran-
çois , ni à la situation de la France.

(2) Comme je ne puis tout dire à la sois , j*
renvoyé à l’adresse suivante la preuve que le pou*
voir législatif, tel que notre cônstitution les donntf
au roi, n’est point contraire à la liberté politique

?
loading ...