Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 90
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0100
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0100
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
s 5® }

Le parti qui domine actuellement dans ïa
Convention Nationale, annonce quelques
principes de justice & quelques sentiments
d'humanité , il semble porter ses regards vers
le retour de l’ordre & le règne des îoix , il
paroit enfin intérieurement convaincu que
le gouvernement démocratique ne peut faire
îe bonheur du peuple François. Que de grâ-
ces je rendrois au ciel, si cette nouvelle
dictature étoit un heureux mélange de jaco-
bins guéris de leur frénésie , de républicains
désabusés de leurs chimères , de constitution-
naires revenus de leur aveuglement, de roya-
listes , enfin , ennemis de toutes prétentions
exagérées! Que de grâces, si tous les nierai
bres qui la composent, rendus sages par les
leçons du malheur, sincérement unis par le
desir du bien , instruits à se connaître par
une longue & fatale expérience , s’occupoient
d’abord à retenir la patrie sur le penchant de
sa ruine , pour travailler ensuite d’un com?
mun accord , à la replacer sur ses sondements !
Tous leurs crimes, alors, ieroient effacés.

Mais , enfin , personne en Europe , ne re-
gardera comme la représentation nationale
cette assemblée qui a porté une main parri-
cide sur notre roi, effacé jusqu’aux demie*

h
loading ...