Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 96
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0106
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 96 )

Divine religion, à qui la France avôiî
depuis quatorze siècles , consacré des autels s
c’est à vous seule qu’il appartient de sup-
pléer à la foibleUe de la raison & à l’insuffi-
sance des loix. Votre dotflritle claire est à
Ja portée de tous les esprits; votre morale
sainte épure jusqu’au ciesir & à la pensée ,
vos motiss sublimes rendent l’homme supé-
sieur à lui-même, & élèvent son courage k
la hauteur des a étions les plus héroïques 8c
des plus sublimes vertus.

La religion intéresse la conscience à i’ob-
servation des loix, & leur donne ainsi une
sa notion plus inviolable que celle du légis-
lateur. Elle frappe d'anathème sinjustice &
l’injure, sans égard ni au rang, ni a la qua-
lité, ni à la condition , & met ainsi les pro-
priétés & les personnes fous une sauve-garde
plus sore que celle de l’autorité civile. Elle
montre au méchant un juge suprême, qu'il
ne pourra ni corrompre , ni tromper , & fait
ainsi trembler le crime , lors même qu’il se
fl n s te d’échapper aux tribunaux. Elle honore
les divers états de la vie civile , elle leur
imprime, en quelque sorte, un caraétère sacré,
en découvrant la main de la Providence qui
les a ordonnés dans sa sagdse. Elle les rend

t©U3
loading ...