Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 112
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0122
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0122
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
j 112 )

distinds , afin que chacun d’eux occupant
différents degrés dans la hiérarchie politi-
que , l’échelle de la subordination fut mieux
graduée , & la tranquillité publique plus soli-
dement établie. La nature, en créant ce va sie
univers, a mis aux deux extrémités la gran-
deur & la petitesTe ; mais dans l’immense
intervalle qui les sépare, elle a rangé des
êtres intermédiaires qui les unisient; & de
leur gradation insensible résulte cette admi-
rable économie qui annonce l’ouvrage d’un
Dieu : tel est le modèle que notre conslitu-
tion a suivi dans l’organisation du corps
politique.

Il faut donc que je le répète : cette éga-
lité qui vous enchante , n’esfc qu’un vain mot
dont les fadieux abusent toutes les fois qu’ils
entreprennent de soulever le peuple contre
le gouvernement. Mille causes la trouble-
roient , même dans l’état de nature , & la
subordination que le bon ordre exige l’exclut
de l’état social.

Et de quoi nous plaindrions-nous? Notre
ancienne constitution ne nous protégeoit-elle
pas tous également contre l'injure & la vio-
lence? La juslice n’ouvroit-elle pas également
ses tribunaux à tous ceux qui venoient la

réclamer ?
loading ...