Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 118
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0128
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0128
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( ïi8 )

Î1 y avoît des abus : ruais qu'étoient - ils
en comparaison , je ne dis pas des forfaits ,
des sséaux de la révolution , mais des vices
du régime aeluel ? Chaque jour on sollicite
]a Convention Nationale de purger les auto'
rités constituées des membres incapables ou
dangereux qu’elles renserment, chaque jour,
ors lui porte des plaintes contre des adminife
trateurs qui se sont engraisses de la substance
publique; chaque jour, on lui dénonce les
désordres qui fourmillent dans toutes les par-
ties de l’administration civile ; & Dubois

Crancé vient de lui faire le détail de ceux
dont l’ordre militaire elt infecté, (i) L’rntrb
gue s’empare de tous les emplois au préju-
dice de l’expérience & des talents ; la riva-
lité des différents pouvoirs , triple, au mépris
de la loi , le nombre des officiers de chaque
grade ; la faveur & la corruption dispolen.t
des places importantes de l'état - major ; la
police , l'insiruéfoon , sadminisfration sont trois
parties également négligées & la dilapidation
ddlipe les sinances : voilà ce qu’ri a dit. Qu'il
eit heureux que le courage de nos armees
|eur tienne heu de tout! Mais comment

(i) Voyez le Moniteur, N°. 135.
loading ...