Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 122
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0132
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0132
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 122 )

lent espérer désormais , c’est de verser sur
nos blessures un baume qui les guérisse.

Mais si vous ne voulez pas compter sur
les sentiments que lajustice leur inspire, fiez-
vous du moins aux résolutions que leur pro-
pre intérêt les obligera de prendre.

Leur intérêt le plus pressant, leur intérêt
unique , un intérêt ensin , sur lequel ils ne
peuvent se méprendre , & que nul motif étran-
ger ne pourra déguiser a leurs yeux, c’est
de convaincre le peuple qu’il ne sera jamais
heureux qu’au sein du gouvernement légi-
timé ; c’est de lui inspirer une horreur ines-
façable contre tout séditieux qui tenteroit
de l’égarer encore; c’est de sauvei la France:
& ils savent bien que pour remplir ces vues ,
les seules dont ils puissent être animés , il
faut nous faire jouir de la véritable liberté
que notre ancienne constitution nous asiu-
roit , faire servir les dixmes à l’utilité de ceux
qui les payent, rendre les ministres de la
justice dignes de plus en plus de leurs augus-
tes fondions , écarter, sans retour les abus
qui pesoient sur les habitants des campagnes,
établir dans les impôts , la répartition la plus
çxaéle 3 & dans les sinances, l’économie Li
loading ...