Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 123
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0133
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0133
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
{ 12 3 }

pins sévère ; bannir de l’adminisiration des
provinces tout ce qu’elle avoit de ténébreux
& d’arbitraire, perfectionner enfin toutes les
parties du gouvernement.

Comptez de plus sur les Etats-Généraux.
Il saudra bien dans des conjonctures aussi
dissiciles , que l’autorité s’entoure des repré-
sentants de la nation , pour acquérir toute
la force dont elle aura besoin , mais qu’eux
seuls pourront lui donner, & sur-tout cette
entière consiance qui lui sera nécelTaire, mais
dont eux seuls pourront sinvestir. Il faudra
bien qu’ils concourent à renverser les œuvres
delà révolte, à relever l’édifice du gouver-
nement, à remédier au délabrement épou-
vantable des finances, à réorganiser toutes
les parties de l’administration , & sur-tout à
donner de la siabilité aux nouvelles formes
qu elles recevront nécesfairement.

Nous aurons donc des Etats - Généraux,
aussi-tôt que nous serons rentrés dans l’ordre :
mais nous n’y enverrons pas des novateurs
audacieux , des philosophes extravagants „
des démagogues fanatiques , des ennemis
déclarés de toute autorité divine & humaine.
Tous ces mandataires parjures qui ont foulé
$11 x pieds nos premiers ordres , tous ces
loading ...