Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 128
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0138
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0138
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 128 )

J a clémence les dédommagera de leurs îon
tourments: ils ne nous puniront que par des
bienfaits , & il sorceront ainsi , les détrac-
teurs du trône à rougir de l’avoir calomnié.-
O Henri ! ô le parfait modèle de tous les
Rois ! vous qui, triomphant de vos sùjets
rebelles, vous écriiez au sein de la viétoire i
Jauvei les François ! vous nous avez bien
appris comment les Bourbons sa vent se
venger.

Ce n’esï: pas pour le peuple que la Ven-
gennce est à craindre : ce peuple scduife
d’abord , ensuite subjugué , toujours mal-
heureux , est a siez & trop puni par six ans
d’esclavage , de tyrannie & de calamités.

Ce n’est pas pour l’armée : cette armée
jadis si sensib'ie à l’honneur 9 si sideîe à ses
Rois , mais victime , lorsque la révolution
commença, victime aussi bien que le peuple
d’une réduction presque inévitable , entraî-
née, depuis, par des erreurs bien dignes
dexcuse , verra l’étendard des lys , se dé-
ployant sur elle , effacer les taches que les
drapeaux de la rébellion ont imprimées à
scs viétoires, &saifie d’un saint enthoufiasme,
â la vue de cet oriflamme Caere qui fut si long.

tems
loading ...