Adresses Aux François — [S.l.], 1795 [VD18 12022373]

Seite: 147
DOI Seite: 10.11588/diglit.27752#0157
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/adresses1795/0157
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
s 147 )

prierons, enfin , mais dans les ténèbres, tels
que des scélérats qui se cachent pour com-
mettre le crime en sureté.

Cruels & perfides despotes, reprenons-votre
décret : il nous ravit la liberté que votre
déclaration des droits, que votre propre cons-
titution assuroient à tous les cultes. Croyez-
vous donc nous faire grâce, si vous ne nous
égorgez pas, lorsque , réunis dans l'intérieur
de nos foyers nous offrirons, en secret, des
prières & de l'encens au Dieu que nos cœurs
adorent? Vous accusez de persécutions l’an-
cien gouvernement : dites-moi s’il avoit réduit
la seéie de Luther ou de Calvin à un esclavage
aussi dur que celui où vous faites gémir la reli-
gion du fils de Dieu ? Les cultes ennemis
du culte qu’il avoit adopté , il les traitoit avec
plus d’indulgence que vous n’en avez vous-
mêmes pour toutes les religions sausfes ou
Vraies. \

Les voilà donc ces législateurs qui se van-
tent d’humanité , de justice, de modération.
Us ne sont que des athées, mais des athées
foibles, craintifs & fourbes, qui n’osant pas

K 2
loading ...