Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 7
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0017
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
LNTUODUCTION

7

gitane (de la Moulouia à l'Océan). Celle dernière province répond
au Maroc actuel.

La Cyrénaïque, conquise par les Perses en 5u5, par les Plolémées
en 322 av. J.-C, fut léguée aux Romains en y6 av. J.-C. par Apion,
fils naturel d'un des Plolémées; elle fut organisée vingt ans après
en province romaine (74 av. J.-C.) et réunie plus lard à la Crète
(27 av. J.-C.), sous la juridiction d'un proconsul.

Comme les Romains sillonnèrent le pays de routes et établirent
une puissante garnison à Lambèsc, leurs colons purent se répandre
dans l'intérieur, où ils ont laissé de nombreuses traces de leur
prospérité. Les populations indigènes conservèrent cependant leurs
langues et leurs mœurs ; le punique parait èlre tombé en désuétude
après le v° siècle, mais le libyen a survécu dans la langue des
Berbères actuels.

V. Débarqués dans la Tripolitaine vers 43o ap. J.-C, les Van-
dales, barbares partis de la Germanie septentrionale, dominèrent
sur l'Afrique du nord de 435 à 534. Ces envahisseurs étaient peu
nombreux; on s'imaginait autrefois que les populations blondes
de l'Afrique étaient leurs descendants, mais on sait aujourd'hui
qu'elles sont entrées en Afrique à une époque bien antérieure, au
cours d'une migration venue d'Espagne, peut-être indo-européenne,
que Tissot et Broca plaçaient vers le xxc siècle av. J.-C.

VI. Les Vandales furent chassés par les Byzantins, qui occupè-
rent militairement l'Afrique de 534 à 647. Ils en furent dépossédés
à leur tour par les Arabes dans la seconde moitié du va> siècle; la
prise de Cartilage par Hassan se place en 697. Mais l'Afrique, en
cessant d'être byzantine, ne devint pas arabe; elle se retrouva ber-
bère et l'élément indigène prédomina jusqu'au xi° siècle, époque
de la grande invasion de la tribu arabe des Bkni Hilal (invasion
hilalienne)', qui assura la prépondérance à l'élément sémitique
dans la Berbérie.

VII. Au xvie siècle, la suprématie politique dans l'Afrique du
nord, à l'exclusion du Maroc, passa aux Turcs ottomans, qui la
conservent encore en Tripolitaine. Mais les Turcs n'ont guère été
que les gouverneurs militaires de la Berbérie; ils n'en ont pas
transformé la population. Celle-ci reste essentiellement composée,
comme au xi° siècle, d'un fonds berbère, probablement complexe
lui-môme, auquel se sont ajoutés des éléments phéniciens, italiens
et surtout arabes. Dans beaucoup de pays, les éléments arabes
et berbères ne se sont pas mélangés et présentent, tant au physique
loading ...