Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 9
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0019
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
INTRODUCTION

9

en ruine ou quelque inscription; les villes arabes et même euro-
péennes sont faites entièrement avec les débris des constructions
romaines, et sans elles les entrepreneurs de roules modernes
seraient souvent bien embarrassés.

L'époque des Vandales n'a guère produit que des basiliques et
des tombes. Après eux, au contraire, l'Afrique eut un renouveau
merveilleux. C'est de cette période que datent presque toutes les
constructions grandioses qui se voient en Algérie et en Tunisie, et
spécialement toutes ces forteresses dont la vigilance impériale
hérissa la province reconquise. Non seulement ces monuments
byzantins sont d'un aspect imposant, mais comme ils ont été faits
avec des matériaux empruntés aux constructions antérieures, ils
contiennent, pour ainsi dire, en eux toute l'histoire du pays ; ce
n'était pas l'intention de ceux qui les ont élevés, mais c'est peut-
être leur principal litre aux yeux de l'historien.

Les inscriptions de la période byzantine sont assez nombreuses
et d'autant plus intéressantes qu'elles sont plus rares ailleurs ;
quant aux monnaies de cette période, elles abondent.

Les Arabes sont loin d'avoir aussi fortement marqué leur passage
en Algérie et en Tunisie. Il existe pourtant soit dans les grandes
villes, soit dans l'intérieur, des spécimens très intéressants d'ar-
chitecture ou d'ornementation, même en dehors de localités parti-
culièrement favorisées comme Tlcmsen ou Kairouan. Les cime-
tières renferment souvent des tombes fort jolies, et l'on peut trouver
des monnaies arabes précieuses pour la science.

Il faut encore citer, parmi les documents qu'un voyageur en
Algérie ou en Tunisie a chance de recueillir, des inscriptions hé-
braïques qui sont, généralement, assez récentes; quelques inscrip-
tions grecques ou quelques menus objets d'importation grecque,
qui se rencontrent toujours dans les emporta phéniciens de la
côte, de même que certains bijoux égyptiens trouvés dans des
tombeaux; enfin de rares souvenirs du moyen âge, surtout des
monnaies.

Ainsi quelle que soit la partie de l'Afrique ancienne que l'on soit
à même de voir, ou l'époque à laquelle on s'intéresse, on aura
toujours de quoi exercer sa curiosité en Algérie ou en Tunisie,
On le fera d'une façon profitable non seulement à soi, mais aux

i.
loading ...