Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 29
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0039
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
INTRODUCTION

29

On mesurera une première verticale AB, les autres UV, ST, QR,
OP se rattacheront à des horizontales connues au moyen des lignes
d'assises. On ne mesurera jamais de longueurs comme par exemple
JN, suivant une ligne inclinée : cette mesure serait inexacte et ne
pourrait servir à rien.

B. Élévations.

a) Mesure d'une façade.

Supposons que l'on ait à mesurer la façade de la figure n : on
mesurera d'abord les écartements des colonnes, A D; puis les hau-
teurs du stylobate i5-i6 avec sa plinthe 1-2; ses moulures de base
2-3; son dé 3-4; sa corniche 4-5 ; sa plinthe supérieure si elle
existe 5-6; puis la colonne avec sa base 7-8; son fût 8-9; son
chapiteau 9-10; l'entablement avec l'architrave io-n; la frise 11-
ia ; la corniche i2-i3; la hauteur du fronton au-dessus de son
angle inférieur i3-i4; la hauteur du tympan 23-24.

On mesurera ensuite les degrés 17-17' (en nombre impair poul-
ies temples), la plate-forme i7'-i8 (quand elle existe, ce qui est
rare), la porte 18-19 avec son architrave (linteau, partie horizon-
tale du chambranle) 19-20; sa frise, 20-21; sa corniche 21-22.

Les mêmes règles s'appliquent à la mesure des façades latérales
et postérieures.

C. Coupe ionijiludinalc.

La figure 12 représente la crête de l'édifice dont le plan figure
au n° 8. Pour la coter, on mesurera les hauteurs AB du stylobate,
(avec ses détails) après l'avoir dégagé, s'il était enfoui; les lon-
gueurs CD avec épaisseur des murs, EF avec ses subdivisions, GH,
pour le fronton et le mur antérieur de la cclla, IJ pour la niche
de la cella et les encastrements des formes dans les murs ; puis
les hauteurs 00,, (avec le rayon OR), S, k, k3 ki ks (avec leurs sub-
divisions, s'il y a lieu); puis l'épaisseur de la porte LM. Il faut
avoir soin de déterminer par des fouilles, s'ils ne sont pas appa-
rents, le sol intérieur et le sol extérieur. Cet exemple de coupe
longitudinale est assez simple. Les coupes de basiliques, de thermes,
de maisons particulières peuvent être plus ou moins compliquées,
mais la marche à suivre est analogue. Quand on a plusieurs me-
sures à attacher à la même ligne, il est bon de choisir une de ses
extrémités comme zéro et de prendre les mesures consécutivement ;
par exemple pour AB on marquerait zéro au point B et on compterait

2.
loading ...