Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 38
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0048
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
38

PRÉHISTORIQUE

particulière, on particulier ceux de l'ours, dont les variétés afri-
caines sont mal connues. On ne négligera pas non plus certaines
boules blanches dites coprolithes, excréments fossilisés qui attes-
tent qu'une caverne a été fréquentée par l'hyène, dans les inter-
valles où elle était abandonnée par les hommes.

L'élude du mode de remplissemént d'une caverne exige des
connaissances géologiques ; toutefois, ceux-mènies qui n'ont au-
cune, teinture de celle science rendront service en notant les rela-
tions exactes de la caverne avec les sources et les cours d'eaux avoi-
sinants. En même temps qu'une coupe slratigraphique,il faudra tou-
fours dessiner, à grande échelle, un plan de la caverne et de ses
environs immédiats.

11. Les vestiges de l'industrie néolithique, caractérisée (mais non
exclusivement) par des haches polies, sont extrêmement nombreux
dans l'Afrique du nord. On les rencontre surtout dans le voisinage
des sources, qui ont naturellement élé recherchées à toutes les
époques. Les pierres polies et les éclats sont tantôt isolés, tantôt
accumulés en quantités considérables, qui dénotent l'existence d'a-
teliers de fabrication. Outre les haches polies, qui sont généralement
considérées par les indigènes comme des pierres lancées par la foudre,
on recueille en quantité des pointes de flèche (parfois d'un travail
très remarquable), des lames, des couteaux et des pointes dites en
virgule qui sont particulièrement fréquentes en Tunisie. Des dessins
ou des photographies d'objets appartenant aux types néolithiques
seront toujours fort utiles ; l'emplacement où on les a trouvés devra
être noté avec soin et l'on essaiera de dresser la statistique des
différentes formes qui se rencontrent dans un même gisement.

Nous devons signaler avec insistance l'étude des instruments
néolithiques au point de vue de la matière dans laquelle ils ont
été taillés. Déjà l'on à découvert, dans le Sahara algérien, un
magnifique spécimen débâche en jade népbrite, sorte de roche
verdàtre, très dure, dont les gisements européens ou africains
sonlencore inconnus. Des haches de jade néphrite ont été recueillies
en grand nombre dans l'Europe occidentale, sans qu'on ait encore
pu déterminer de quelle région provenait la roche qui servait à les
fabriquer. Il y a là un problème très obscur et du plus haut intérêt
pour l'histoire des anciennes roules commerciales et des migrations;
on ne peut espérer le résoudre d'une manière satisfaisante que
lorsqu'on possédera un grand nombre de spécimens de ces haches
avec l'indication exacte de leurs provenances.
loading ...