Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 39
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0049
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
l'HKMIKHK l'Aliïli:

39

III. Un autre problème, non moins intéressant et non moins
obscur, est celui que soulèvent les monuments mégalithiques,c'est-à-
dire les tombeaux, pierres levées, cercles de pierres et alignements
construits en matériaux bruts, appartenant aux types connus en
France sous le nom de dolmens, menhirs, et cromlechs. Nous don-
nons ici (flg. 17), pour fixer les idées, l'élévation et le plan d'un dol-
men algérien surmontant un tumulus ou tertre artificiel et entouré
de plusieurs cercles de pierres ou cromlechs. Les pierres dressées,
lorsqu'elles sont isolées, s'appellent des menhirs, mot bas-breton
comme ceux de dolmen et de cromlech et qui ne remonte pas à une
haute antiquité.

Kig. 17.— Élévation et plan cl'un dolmen sur lumulus,
entouré de plusieurs cromlechs.

Les dolmens et cromlechs, en Algérie et en Tunisie, sont souvent
réunis en très grand nombre sur un petit espace; on en a signalé
plus de mille autour des sources du Boù-Merzoug, dans la province
de Conslantine.

Tantôt les dolmens sont construits sur des tumulus ; tantôt, au
contraire, un tumulus les recouvre; tantôt enfin on les trouve dans
loading ...