Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 40
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0050
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
40

PRÉHISTORIQUE

les plaines, où ils forment, des sortes d'enceintes disposées avec
une préoccupation évidente delà symétrie.Il arrive que le dolmen
couronne un tertre qui est entouré de plusieurs cercles de crom-
lechs et précédé à une certaine distance d'un grand menhir qui
parait destiné à attirer les yeux.

En fouillant les dolmens de l'Afrique du nord, on a établi les
faits suivants : i°ces monuments sont des tombeaux, où les morts
ont été ensevelis et non brûlés ; 2° les morts sont généralement
ensevelis les bras croisés et les jambes ployées ; 3o les objets
trouvés dans les dolmens prouvent que les mêmes sépultures ont
souvent été utilisées plusieurs fois ; le mobilier funéraire présente,
en effet, un singulier mélange de poterie grossière simplement
séchée au soleil, de poterie faite à la main, d'objets en bronze, en
cuivre et en fer, de silex taillés, de monnaies romaines, etc.

Il est probable, mais non encore prouvé, que les corps n'étaient
souvent introduits dans les dolmens qu'à l'état décharné, c'est-à-
dire après avoir préalablement subi une opération qui fit dispa-
raître les chairs ; l'étude des squelettes découverts dans les dol-
mens pourra seule fournir des renseignements décisifs à cet égard.

Le fait que la plupart des dolmens ont servi à des énsevelisse-
ments successifs paraît prouvé, mais là où une fouille soigneusement
conduite exclut l'hypothèse de remaniements postérieurs, on est bien
obligé d'admettre que le mobilier funéraire caractérise l'époque où
se place la construction même du dolmen. C'est ainsi que cer-
tains explorateurs ont conclu que les nécropoles mégalithiques, tant
en Algérie qu'en Tunisie, appartenaient, en partie du moins, à une
époque très voisine de l'ère chrétienne. Il serait de la plus haute
importance que des recherches systématiques, portant sur un
grand nombre de ces monuments, vinssent préciser les connais-
sances encore vagues que nous possédons à ce sujet. 11 faudrait
déterminer, en particulier :

i° Si, dans un même ensemble de dolmens, il n'y a pas lieu de
distinguer différents types de construction, pouvant remonter à
des époques différentes où la même tradition se serait continuée en
se transformant ;

2° Si le mobilier funéraire des dolmens non remaniés et non encore
fouillés ne permet pas d'établir certains critériums chronologiques
appliquâmes aussi à leur construction extérieure et intérieure;

3° S'il existe une relation quelconque entre les groupes de dol-
mens et le tracé des voies romaines, des aqueducs, etc., que l'on
peut découvrir dans les mêmes régions ;
loading ...