Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 55
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0063
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
l'HK.M IÈIIE PARTIE

55

(ludions du Qoràn en langui; et en caractères berbères; les Ber-
bères du Djebel Nefoûsa, au milieu desquels j'ai séjourné, m'a-
vaient aussi parlé d'un livre en langue berbère et peut-être en ca-
ractères berbères qui appartenait alors (1860) à un docteur de leur
«uiiisme, le cheikh 'OmarEl-Bâtour, àHômet Ouâlerh (îledeDjerba).
Quant à un autre ouvrage en langue berbère dont j'ai entendu par-
ler, un livre de droit, rédigé en temâhaq, il serait, fait surprenant,
écrit avec les caractères arabes. Un exemplaire se trouvait (1861) dans
l'oasis d'Aqabli, chez les Iouinbedjen, et un deuxième exemplaire
était alors en possession de Brâhim Ould Sidi, savant de la tribu
des Ifôghâs. D'une manière générale, les alphabets libyque et
tefinagh paraissent n'avoir servi qu'à former de courts mémoran-
dums, d'abord sur les rochers, dans les grottes ou sur les gemmes
taillées; plus lard, sur les anneaux de bras, en serpentine, et sur
les boucliers de cuir qui font toujours partie de l'armement des
Imôhagh. Il y a de cela bientôt vingt siècles, à l'époque même d'où
datent les inscriptions libyques, le roi de Mauritanie, Juba II, un
Berbère pourtant, ne choisit-il pas la langue grecque pour la ré-
daction de ses ouvrages, malheureusement perdus?

De là, sans doute, le caractère rudimentaire et assez incertain
des alphabets libyque et berbère moderne. La direction de l'écri-
ture n'a jamais élé bien fixée car, si le plus grand nombre des ins-
criptions libyques se lit de bas en haut, en commençant par la
gauche, d'autres se lisent horizontalement, de droite à gauche, de
gauche à droite, ou enfin verticalement, de haut en bas.

Quant aux inscriptions en tefinagh on constate que le sens le
plus ordinaire de la lecture est, comme en arabe, de droite à gau-
che; mais il y a aussi des inscriptions gravées de gauche à droite,
d'autres de haut en bas, et, enfin, de bas en haut. Parfois même
deux de ces divers sens se succèdent dans une même inscription en
tefinagh.

Une inscription gravée sur les berges de l'Ouâdi Alloûn, et que
nous avons copiée, présente cette disposition :

-J":+lSO:D.;|:

+■

Les trois premières lignes se lisent de droite à gauche ; les
loading ...