Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 60
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0068
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
60

LIBYQUE ET TEFINAGH

Ces trois caractères se lisent de gauche à droite. Ils correspon-
dent presque certainement à nos lettres i s r.

Le monument suivant, aujourd'hui déposé au Musée d'Alger,
provient d'Abizar, près Ïizi-Ouzzou, dans la Grande Kabylie. Le
fac-similé que nous en donnons (fig. ai) a été emprunté à la plan-
che I™ du Bulletin de correspondance africaine (tome I).j

(Fig. 21).

Les deux premières lignes de l'inscription doivent se lire de bas
en haut, en commençant par la gauche; la troisième ligne, en haut,
est écrite horizontalement, de gauche à droite. On devrait trans-
crire les caractères par :

Oû-Knroûn

bbjdl

rjs

Où-Kenroùn, c'est-à-dire « Fils (de) Kenroûn », est en tout cas
un nom propre d'homme.

Quant aux inscriptions plus modernes, en tefînagh, malgré leur
brièveté, la lecture de ces épigraphes présente aussi des difficultés,
même pour les femmes des Azdjer qui, presque seules aujourd'hui,
dans la confédération, se servent de cette écriture. Les mots ne
sont pas séparés; en a omis très souvent une voyelle longue et
les voyelles brèves ne sont représentées par aucun signe; enfin les
loading ...