Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 62
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0070
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
62

PUNIQUE ET NÉOPUMQUE

traduit ainsi : c'(esl) moi (le) marabout, ut qui, à des temps plus
rapprochés de la date de l'introduction de l'islam chez les Imôhagh
pouvait avoir le sens de : c'(est) moi (le) musulman. En efl'et « ânis-
lim » correspond exactement, et par son étymologie arabe et par

sa forme berbère, au mot arabe p^~^ « moslim », musulman,

et les Imôhagh sont, au fond, si imparfaitement ralliés à la reli-
gion de Mohammed qu'aujourd'hui encore ils désignent tout mara-
bout amôhagh par le titre d'anislim. H. Duveyrier.

Punique et Néopunique.

Devant l'Afrique occupée par des peuplades de race berbère,
les Phéniciens formaient comme un ^rideau, qui s'étendait depuis
la Tripolitaine jusqu'à la frontière du Maroc. Les Phéniciens n'ont
jamais pénétré dans l'intérieur des terres ; ils n'ont pas colonisé
l'Afrique à la manière des Romains ; ils se sont bornés à établir,
sur tous les points de la côte qui présentaient un mouillage sûr, des
comptoirs qui leur servaient d'entrepôts pour leurs marchandises.
S'ils ont rayonné depuis là, et s'il se sont rendus maîtres de quel-
ques grands centres qui devaient assurer leurs communications
avec l'intérieur, ils ne se sont jamais écartés des grandes roules,
et la masse du pays leur est toujours restée plus ou moins étran-
gère.

Ce n'est qu'à l'époque romaine que nous voyons la langue et la
religion puniques se répandre dans l'intérieur du pays. A cette
époque aussi correspond un nouveau développement de l'écriture
punique : elle s'altère et se transforme rapidement; mais en même
temps nous la trouvons employée dans toute la province d'Afrique,
à peu de chose près la Tunisie actuelle, ainsi que dans une grande
partie de la NuTmdie et de la Mauritanie, sur des points où elle
parait avoir été inconnue à l'époque de la domination punique.

11 importe donc de distinguer soigneusement, dans la recherche
des antiquités phéniciennes du nord de l'Afrique, deux catégories
de monuments et d'inscriptions : les monuments et les inscriptions
puniques, qui répondent à la période de l'indépendance, et les-
monuments et inscriptions nôopuniques, qui correspondent à
l'époque romaine.
loading ...