Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 65
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0073
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
PREMIÈRE PARTIE

65

Toutes les inscriptions ne présentent pas à un égal degré les
mêmes caractères; ils sont surtout sensibles dans les textes soignés
ou dans les inscriptions officielles.

L'ensemble de ces caractères n'indique pas une époque très re-
culée; l'Afrique ne nous a pas fourni jusqu'à présent d'inscriptions
archaïques; les plus anciennes sont peut-être les quelques lettres
tracées, sur des vases provenant d'une tombe récemment décou-
verte à Byrsa par le P. Delattre ; or la forme des lettres ne permet
guère de les faire remonter au-delà du iv= ou du v° siècle avant J.-C.
La plupart des inscriptions puniques que nous possédons doivent
dater de l'an 3oo à l'an i5o environ, c'est-à-dire des deux derniers
siècles de Cartbage.

On trouvera plus loin (p. 77) un tableau de l'alphabet punique.

a) Inscriptions votive* et funéraires, ex-voto à Tanit.

La grande masse des inscriptions que l'on découvre à Cartbage est
formée par les ex-voto à
Tanit. Le spécimen que
nous reproduisons ici
(fig. 23 et 24) peut don-
ner une idée assez exacte
de ce genre de monu-
ments. Ce sont des stèles
votives, dédiées toutes
sans exception aux deux

mêmes divinités, Tanit fJ^VKWN jf- , ,' / „/, „nJ
Penè-Baal(Tanitfacede WW^V
Baal) et Baal Hammon.
Elles sont hautes en gé-
néral de om,4o, à om,5o,
quelquefois plus, quel-
que fois moins, termi-
nées en haut, pour l'or-
dinaire, par un petit
fronton accompagné de
deux acrotères ; d'au-
tres, pourtant, se terminent simplement en pyramide. La base, des-
tinée à être fichée dans le sol, n'était pas dégrossie. Sur la plupart
des stèles que l'on retrouve, elle est brisée. L'inscription occupe le

4.

\T ? 1

Ex-TOtû ù Tanit. Fi"
loading ...