Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 75
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0083
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
PREMIÈRE PARTIE

75

le caractère de cette nécropole; enfin, lorsqu'on trouve des inscrip-
tions votives et funéraires, si elles ont été trouvées séparément ou
bien si elles étaient mélangées. C'est de la réponse à ces différentes
questions que dépendra en grande partie la solution des problèmes
que présentent encore les inscriptions néopuniques.

Les symboles figurés sur les stèles néopuniques sont en général
très différents de ceux qu'on trouve sur les stèles puniques. Le
symbole le plus fréquent est la tête radiée du soleil, qui occupe le
plus souvent le liaut de la stèle (v. p
pagnée du croissant; d'autres fois
le faîte est occupé par la figure
conique que nous avons déjà ren-
contrée à Carthage, mais sur les
monuments néopuniques elle est
en général beaucoup plus grande
et les bras sont plus développés
(v. p. 71). On trouve encore sur ces
stèles d'autres symboles religieux :
un homme et une femme nus, un
dieu et une déesse, se faisant l'ace,
et tenant, l'un une pomme de pin,
et l'autre une grenade. L'inscrip-
tion est encore souvent accompa-
gnée d'une scène de sacrifice : un
homme conduisant un taureau
paré pour le sacrifice, ou bien un
personnage debout, tenant deux
gâteaux dans ses mains élevées,
comme sur la stèle ci-jointe (fig. 31).

A côté des stèles à inscriptions,
il faut signaler des stèles, anépi-
graphes pour la plupart, mais qui
appartiennent à la même caté-
gorie de monuments. Le Musée du
Louvre en possède quelques-unes;
d'autres, en plus grand nombre, sont au Musée Alaoui. Ce sont de
grandes stèles, hautes d'un mètre environ, où ces différents sym-
boles se trouvent non plus isolés, mais groupés, de façon à nous
donner une idée complète du panthéon punique à celte époque.
Nous en donnons une ici comme modèle, d'après une photogra-
phie faite par M. Cagnat (fig. 3a, à la page suivante).

. 72); quelquefois elle estaccom-

Fig. 31. — Stèle oéopniiiqne.
loading ...