Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 83
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0091
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
PREMIÈRE PARTIE

Le soubassement du temple devait être formé par des pierres de
gros appareil; on les voit, sur plusieurs de nos stèles (fig. 41
et 42), servir de support aux colonnes. Elles sont agencées d'une
manière qui rappelle les murs d'Éryx et ceux relevés à Lixus, au
Maroc, par M. de La Martinière.

Fig. 43. Scènes de sacrifice. Fig. 44.

A côté des colonnes employées dans la construction de l'édifice,
on trouve assez souvent des colonnes libres, surmontées d'une
grenade, qui devaient avoir une signifi-
cation symbolique.

Parmi les parties constitutives du
temple, il faut encore mentionner l'autel,
qui était un instrument essentiel du
culte. L'autel carthaginois différait sen-
siblement de l'autel grec ou romain.
Nous le trouvons figuré sur une stèle
qui représente une scène de sacrifice
(fig. 43) : au fond, on voit une chapelle,
portée sur un socle assez élevé ; à gauche
un autel, duquel un personnage paraît
s'envoler au milieu de la flamme du sa-
crifice; en face, un prêtre qui fait une
libation. L'autel se dislingue par une
partie avancée qui doit répondre à ce
que les Hébreux appelaient les « cornes »
de l'autel. Elle est dessinée encore plus
netlementsur un autre bas-relief, de date sansdoute plus récente,
qui a été donné au Musée du Louvre par M. le commandant Mar-

Fig. 45. — Sacrifice.
loading ...