Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 88
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0096
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
88

PUNIQUE ET NÉOPUNIQUE

plus récente reçoivent une anse et présentent tous les caractères
de la lampe romaine.

Parmi les produits de la céramique, il faut encore signaler les
tessères, ou jetons en terre cuite; celui que nous reproduisons
(fig. G j) porte au milieu une tête de bœuf accom-
pagnée, à gauche du cône sacré, à droite du
caducée. On voit donc reparaître, sur toute la
série des représentations figurées, ces deux sym-
boles qui paraissent avoir été comme l'estampille
officielle de Cartilage.

Enfin, les sépultures fournissent encore des
objets en verre, vases ou colliers, qui sont en
général un signe de date ancienne. Les colliers de verre strié sont
en tout semblables à ceux qui ont été trouvés dans les tombeaux
de la Syrie ou de la Sardaignc ; ils sont en faïence émaillée ou eu
pâte de verre, composés de perles plus ou moins grosses (fig. 47
et 48) et de figures symboliques, parmi lesquelles à côté de l'œil
(ouclja), de l'urseus, de petites divinités ou de symboles habituels
aux Égyptiens, on en trouve d'autres propres à Carthage, comme le
palmier et le triangle de Tanit. Le fil qui relie les perles est rare-
ment conservé; aussi, doit-on réunir avec grand soin les éléments
du collier, de façon à en restituer autant que possible la forme
primitive.

11 résulte de tout ce qui précède que les tombes sont les vrais
dépôts des antiquités puniques; aussi doit-on apporter le plus
grand soin au déblaiement des sépultures antiques.

Ph. Berger.

B. — Monuments d'architecture.

D'après les documents que nous possédons, et d'après ce que l'art
phénicien de Syrie ou de Chypre nous permet de savoir sur les dif-
férentes phases de l'art cultivé par les Phéniciens, ou plutôt pour
eux, les monuments puniques peuvent se distinguer en trois séries.

La première, la plus ancienne, est d'inspiration purement égyp-
tienne.

La seconde qui conserve encore des traces d'influence égyptienne
commence à faire de nombreux emprunts aux arts de l'Asie Mi-
neure cl de la Grèce archaïque.

La troisième emprunte franchement à la Grèce et surtout à la
Sicile et à l'Italie méridionale les types d'un art complet.
loading ...