Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 109
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0117
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
l'KUMIKHE PAHT1E

109

le plus grand soin; car l'atmosphère aussi bien que les hommes
ont facilement raison de tous ces cubes, dont le ciment se désa-
grège rapidement à l'air; on indiquera avec soin la forme des
lettres, et la couleur du marbre ou du verre qui les composent,
l'omme aussi les dessins qui se remarquent autour et auxquelles
l'inscription sert très souvent de légende.

Inscriptions bilingues.

Si l'on trouve une inscription bilingue, soit libyque et latine,
soit néopunique et latine, il faudra aussi en prendre très exacte-
ment copie, photographie ou estampage. C'est avec des textes de
celte sorte, dont l'un complète et explique l'autre, qu'on arrivera
à fixer définitivement la valeur des caractères de l'alphabet liby-
que. Il a déjà été question plus haut d'inscriptions de cette espèce.

R. Cag.nat.

§ 2. — Monuments.
A. Monuments figurés.

En dehors des statues trouvées à Cherchel, qui sont soiTdes
œuvres grecques, soit des répliques d'œuvres grecques, apportées
pour la plupart, en Afrique sous Juba II, en dehors aussi de quel-
ques fragments de Cartilage, qui ont sans doute la môme origine ou
sont dus à des artistes imbus des traditions de l'art grec, l'Afrique
n'a pas encore donné de monuments figurés qui présentent une
réelle valeur artistique. Ceux qu'on y a trouvés ont la bana-
lité d'œuvres romaines ou la rudesse d'essais naïfs exécutés par
des artistes locaux. Mais tout grossiers qu'ils sont, ils ont, même
les plus petits, une valeur pour qui voudrait faire l'histoire de
l'art africain, soit dans ses relations avec celui de la Phéuicie, soit
dans les modifications qu'il a subies au contact des modèles gréeo-
romains. Il est donc très souhaitable que l'on reproduise et que
l'on signale tous ceux que l'on rencontrera.

i° Statues. — Les statues qui existent encore dans les ruines
d'Afrique sont des statues de divinités adorées dans les temples de
chaque ville, des statues d'empereur, d'habitude en costume d'im-
perator avec le puludamentum, ou des portraits : ceux-ci étaient
disposés soit sur les bases des places publiques ou dans les monu-

7
loading ...