Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 110
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0118
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
110

ROMAIN ET BYZANTIN

ments, soit sur les mausolées des nécropoles. Les slatues ico-
niques ou portraits sont les plus nombreuses. Inutile d'ajouter
qu'elles sont, la plupart du temps, mutilées.

Si l'on fouille des tombeaux on pourra découvrir de petites
statuettes en terre cuite, semblables à celles que le cimetière
d'Hadrumète a données; les slatuetles en bronze sont beaucoup
plus rares et le hasard seul pourra en faire rencontrer.

:i° Bas-reliefs. — Mais il est un genre de monuments figurés que
l'on est exposé à trouver assez fréquemment, ce sont les bas-re-
liefs.

Ceux-ci représentent soit des sujets funéraires, soit des sujets
religieux.

Les sujets funéraires sont très communs ; on voit le défunt tantôt
couché sur un lit, tantôt debout, parfois avec la main étendue sur
un autel.

Souvent il y a plusieurs défunts réunis sur le même bas-relief.

On attachera une attention toute spéciale à celles de ces figures
qui surmontent l'épitaphe de défunts, dont la profession est men-
tionnée, par exemple à celles qui représentent des artisans avec
les instruments de leur métier ou des militaires avec leurs armes
et leurs chevaux.

Parmi les bas-reliefs de cette sorte, il faut aussi consacrer une
mention à ceux qui ornent des sarcophages. Si les sarcophages
sont païens on y verra des scènes empruntées à la mythologie, ou
des sujets de convention, par exemple des batailles, comme sur le
sarcophage du jardin public à Bône ; bien qu'on y sculptât aussi
des scènes d'un tout autre genre, témoin le sarcophage de Phi-
lippeville où l'on voit un Numide en chasse et un berger qui garde
ses troupeaux. S'ils sont chrétiens le sujet figuré sera emprunté à
la Iîiblc ou à la série des représentations religieuses du chris-
tianisme, comme sur celui qui a été trouvé à Collo en i858, ou
sur le beau sarcophage de Tipasa, où se voit le Bon Pasteur.

Un sarcophage ou un fragment de sarcophage historié devra
toujours être dessiné ou photographié.

Les bas-reliefs religieux sont également fort importants, à cause
des symboles ou des représentations d'objets matériels, animaux,
gâteaux, ou autres dons offerts à la divinité, que l'artiste y figurait.
C'est par ces monuments que nous apprendrons à connaître les
détails du culte africain punique ou libyque, sous la domination
romaine. Mais pour arriver â un résultat sérieux, il faut que le
nombre des documents réunis soit considérable; or nous n'en con-
loading ...