Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 114
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0122
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
ROMAIN ET BYZANTIN

i° L'emploi du mortier de chaux el de tuileaux pulvérisés ;

3° L'emploi des ossatures en pierre de grand appareil avec
remplissage en maçonnerie de moellons, en blocage ou en pisé.
Ce mode de construction n'est pas particulier à l'époque byzantine,
comme on l'a cru jusqu'à présent ;

4Ù L'emploi de la mosaïque dans les pavages : on ne connaît
pas encore de mosaïque d'époque punique ;

5° L'emploi des revêtements de marbre et de porphyre sur les
murs et sur le sol ;

6° L'emploi généralisé des colonnes de marbre, de porphyre et
de granit.

Les voûtes des édifices romains sont, ou bâties en grands maté-
riaux appareillés en claveaux, ou bien construites en blocage, ou
bien encore faites en béton avec remplissage des reins des voûtes
et cintrage en poteries tubulaircs; elles sont aussi quelquefois cons-
tituées par des pierres tendres, taillées en forme de grandes et
épaisses briques carrées analogues aux briques grecques de Sicile
(citernes de Carthage, thermes de Fôriana).

On remarquera que dans une même partie de l'Afrique les cons-
tructions de la même époque peuvent être de matériaux ou d'appa-
reils différents, suivant les ressources offertes par la localité où ils
ont été élevés et la possibilité d'employer tels ou tels matériaux.

Nous recommandons tout spécialement aux explorateurs de ne
pas négliger de noter les détails techniques de la construction ou
de la décoration des édifices :

Construction. — On devra toujours étudier soigneusement l'ap-
pareil et le mode de structure ; et l'on aura soin de signaler soit les
anomalies d'appareil, soit même les bizarreries de construction.
Il est à remarquer, en effet, que la variété des méthodes employées
par les constructeurs à l'époque romaine a été beaucoup plus
grande que l'on ne pense généralement, et qu'il s'en faut de beau-
coup que celles qui étaient usitées à Rome se soient répandues
exclusivement et sans altération dans toute l'étendue de l'empire.
Les bizarreries seront souvent instructives; car elles peuvent, dans
plus d'un cas, s'expliquer soit par des survivances locales, soit par
des nécessités particulières résultant de l'emploi de matériaux spé-
ciaux. On notera aussi quelles sont les pierres utilisées dans les édi-
fices; les marbres devront l'aire l'objet de mentions spéciales ainsi
que le porphyre et le granit. Quand on se trouvera en présence
d'édifices inachevés il ne faudra pas par cela même les regarder à
la hâte, car de semblables édifices fournissent de précieux, rensei-
loading ...