Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 145
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0152
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
PREMIÈRE PARTIE

145

dessus d'un réduit contenant les urnes cinéraires, ou même sim-
plement au-dessus de l'endroit où l'urne est enfouie. Ces tombes,
dont le type est un demi-cylindre place sur la section faite suivant
ses génératrices, ont reçu un grand nombre de variétés de formes
toutes dérivées de ce type. La figure i5o réunit quelques spéci-
mens provenant d'Haïdra,

4° Nécropoles creusées dans le roc. — Enfin dans certaines loca-
lités où le terrain, comme à Kasrin, à Mendia, Djidjelli, se prêtait à
cette disposition, on a creusé des tombes en forme de sarcophages
(fig. i5r.)

e) Constructions domestiques, maisons, fermes, villas.

Ces constructions sont, d'une manière générale, complètement
rasées à fleur du sol. Dans quelques villes abandonnées de nos
jours, comme Sbei-
tla, les montants des
portes et les grandes xs.- -.vv~
pierres formant har-
pes dans les murs en
moellon sont restés
debout; on peut,dans
ce cas, tenter avec
succès des fouilles,
pourvu qu'on les exé-
cute avec méthode
et qu'on possède en
même temps les res-
sources suffisantes
pour dégager un en-
semble. Les mon-
tants de porte sont
généralement dé-
pourvus de leurs lin-
teaux, cependant à Fig. loi. — Porte i Hcncbir es-Zaùtii.
Henchir es-Zaâtli

(fig. i52 et fig. i53) une de ces portes est restée entière; on y dis-
tingue (fig. if>:>.) en B, B, C, les gâches des loquets et des verrous :
c'est ce que l'on remarque aussi sur les montants encore en place
dans les autres ruines; et ce détail permet de distinguer les portes
des autres pierres debout qui formaient l'ossature des murs. Les

5
loading ...