Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 152
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0159
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
152

ROMAIN ET BYZANTIN

Byzantin.

§ r. — Inscriptions.

L'époque byzantine fut pour l'Afrique une ère de prospérité; le
pays se couvrit d'édifices surtout religieux et militaires, et, par
suite, on fut amené à graver de nombreuses inscriptions. A cette
époque, l'alphabet épigraphique a bien changé ; on n'y retrouve
plus la régularité et la simplicité de la belle période; les letlres
sont grêles, inégales et sans élégance.

Les A prennent les formes suivantes : A , & ou A ;

Les D tendent à se rapprocher sur A grec ;

Les G sont souvent pourvus de queues : Ç ;

Les H s'écrivent -H- ou H ;

Dans les M, la pointe du milieu ne descend plus jusque sur la
ligne : /A ;

Les N présentent presque l'apparence d'un H : H ;
Les Q s'offrent sous les formes £ ou q ;
Le S est souvent retourné 2 .

Deux fac-similé donneront mieux que toute réflexion l'idée de ce
qu'est devenue à celte époque l'écriture épigraphique.
La première inscription (fig. i), qui porte le nom de Justinicn et de

pi S TE W o M B VS P11S Sx XAV <£S?
I^TINIANIETTEVbORAÉlâ

Hi f e :p^f i^ïTf §0

Fig. 163.

Thcodora, se lit et se complète ainsi : [Aedifmita felicissim]is tem-
poribus piiss(imorum) Aug(ustorum) [noslrorum Ju]stiniani et Teu-
dorae, [providentiel Solomo]nis glorio(si)s$imi, ex [consule, mag(istri)
mil(itum), bis pra]efect(i) Africae. Elle élail gravée sur le mur d'un
fort.
loading ...