Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 174
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0180
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
174

NUMISMATIQUE

SECTION CINQUIÈME

NUMISMATIQUE

Les monnaies anciennes que l'on trouve en Tunisie et en Algérie
peuvent appartenir aux pays les plus divers et même les plus éloi-
gnés de celte région africaine. Il n'est pas possible de donner pour
la numismatique un résumé formant un guide précis dans le cadre
duquel le curieux, le voyageur ou l'explorateur, serait, comme pour
l'ôpigraphie ou l'archéologie monumentale, toujours assuré de faire
rentrer les monnaies qu'il aurait rencontrées. Les relations com-
merciales ou même. simplement le hasard transportent journel-
lement au loin les monuments numismatiques. C'est ainsi, par
exemple, qu'on a recueilli en Tunisie et en Algérie, des monnaies
d'Alexandre, des Séleucides, d'Athènes, de Corinthc. Cependant, ce
sont là de rares exceptions ; le sol de la Tunisie et de l'Algérie four-
nit le plus ordinairement des monnaies frappées dans le pays même,
par les divers occupants qui s'y sont succédé, par les conquérants
qui y ont accidentellement mis le pied, par les pays limitrophes
qui ont eu avec l'Afrique du nord d'actifs rapports commerciaux.

En nous plaçant à ce point de vue déjà plus restreint, nous dirons
qu'on trouve quelquefois, en Tunisie surtout, des monnaies des
Ptolémées d'Égypte, facilement reconnaissablcs au type de l'aigle
et à la légende BASIAEQS IITOAEMAIOT ; des monnaies de la
Cyrénaïque qui ont au revers une tige de silphium; des monnaies
de Syracuse et d'Agrigente, ainsi que des îles de Cossura, Gaulos,
Melila, Ebusus. Pour le moyen âge et les temps modernes, les mon-
naies qu'on rencontre le plus souvent en Tunisie et en Algérie sont
les monnaies frappées par les Normands en Sicile et qui imitent les
types byzantins et arabes; celles des rois de Naples et de Sicile,
colles de Venise et de Gènes; celles des grands maîtres de Malte.
On a recueilli à Carthage même, des deniers tournois de saint
Louis apportés, sans doute, par les chevaliers de la huitième croi-
sade. On frappe encore actuellement à Trieste, pour les exporter à
Tripoli, des thalers à l'effigie de Marie-Thérèse, en tout semblables
à ceux du xvm° siècle : ces pièces alimentent le commerce du Sou-
dan et il en vient parfois dans la circulation en Tunisie.

Au Maroc et dans la province d'Oran il y a en quantité des
monnaies de l'Espagne antique et de l'Espagne moderne. Celles de
loading ...