Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 221
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0227
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
DEUXIÈME PARTIE

221

en un certain nombre de parties, que l'on examinera séparément en
détail. Pour relever les rues d'une ville comme Sbeitla, par exemple,
on pourra utilement déterminer les directions de ses rues en fai-
sant joindre par une longue ficelle les pierres debout qui formaient
l'ossature des murs et les montants des portes et des fenêtres.
Dans le cours de cet examen, on fixera, au moyen de petites pierres,
des fragments de papier blanc auprès de restes de sculpture ou
d'architecture que l'on se propose de dessiner, afin de les retrouver
sans difficulté. Ce premier examen exécuté, on procédera métho-
diquement à l'élude des édifices, à l'aide des procédés que nous
allons indiquer, en employant comme système de relevé d'ensemble
le levé à la planchette et à la boussole, qui est de tous le plus simple
et pratiquement le plus exact.

i° Comment doit-on compléter un relevé par une fouille? —
Lorsque l'on a à relever un édifice, on peut se trouver en présence
de deux problèmes. On relève, je suppose, la façade postérieure
d'un temple. Ce temple est en partie enterré; il manque donc un
point de repère pour avoir sa hauteur exacte, et savoir s'il repose
ou non sur un soubassement; une fouille permettra de s'en assu-
rer. Il en sera de même pour
un édifice dont le périmètre se-
rait inconnu. Il faudra alors
entreprendre une fouille dans le
sens de la longueur du mur, et
la commencer à l'endroit où il
cesse d'être visible, pour la
poursuivre jusqu'à ce que Je pé-
rimètre soit complété.

a" Comment peut-on procéder
du connu à l'inconnu à l'aide
d'un premier relevé? — Suppo-
sons que l'on ait à reconnaître
les dispositions d'un édifice dont
la destination à vue du sol ne
paraît pas évidente. Un premier
relevé sera fait; admettons que
cerelevé ait l'aspect de la figure
ci-contre. Il semble bien que
l'on soit en présence d'un plan de maison ; par suite on sera con-
duit à supposer que les murs A B C D forment un des côtés d'un
atrium dont les colonnes existantes auraient soutenu le toit; mais

14
loading ...