Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 222
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0228
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
222

ÉTUDE DES RUINES ANTIQUES

ce n'est là qu'une hypothèse dont on a besoin de contrôler l'exacti-
tude ; pour cela on tracera les limites du portique sur le dessin, et,
en suivant sur le terrain à l'aide de sondages ou de touilles les
indications que l'on vient d'esquisser, on vérifiera si, oui ou non, la
supposition que l'on a faite est exacte.

La marche à adopter, en matière de fouilles, est de trouver d'abord
le sol antique ; en second lieu de déterminer les grandes lignes du
plan, ce qui se fait ou en suivant le prolongement des murs dont les
affleurements sont visibles, ou en creusant des saignées en croix
exécutées sur deux ou trois points ; en troisième ligne enfin de figu-
rer sur le papier le tracé exact des résultats obtenus et de les com-
parer avec des types déjà déterminés. Il ne faut pas oublier non
plus, ainsi qu'il a déjà été dit, de recueillir avec le plus grand soin
tout ce qui a rapport à la technique de la construction et à l'orne-
mentation figurée, quelle que soit d'ailleurs la divergence appa-
rente des observations que l'on fait avec les points déjà acquis par
la science. C'est par la comparaison de l'inconnu découvert avec ce
qui était connu auparavant que l'on peut espérer éclaircir les points
encore obscurs de l'archéologie africaine; celui qui se bornerait
à recueillir ce qui rentre plus ou moins dans les séries classiques
ne rendrait pas à la science un service signalé.

5° Statues. — Bas-reliefs. — On devra photographier, ainsi que
nous l'avons dit, toutes les statues et tous les bas-reliefs que l'on
rencontrera. On peut les considérer tous ou presque tous comme
inédits.

6° Mosaïques. — Si le hasard fait rencontrer une mosaïque, on
en prendra le dessin, ou, si la chose est possible, une photogra-
phie; puis on aura soin de la recouvrir de trois ou quatre centimètres
de terre; si l'on n'a pas cette précaution, on peut être assuré que la
mosaïque sera dégradée très rapidement; les hommes, les animaux
et la pluie se chargeront de sa destruction. Tous ceux qui se sont
occupés des antiquités africaines savent combien de mosaïques
ont déjà disparu, par le seul fait qu'elles ont été exposées à l'air.

2° Constructions arabes.

Il n'est pas rare que les maisons arabes, les mosquées, les konb-
bas, les haoutas, soient faites de pierres empruntées à des monu-
ments antiques. 11 faudra donc, au lieu de négliger ces cons-
tructions à cause de leur date récente et de leur délabrement, les
examiner avec grand soin.
loading ...