Toutain, Jules
Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique: Conseils aux archéologues et aux voyageurs — Paris, 1890

Seite: 231
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/afrique1890/0237
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
DEUXIEME PARTIE

231

Recueil des inscriptions de l'Algérie de L. Renier, le Corpus inscrip-
tionum latinarum, les principaux périodiques de France, d'Algérie
et de l'étranger et un grand nombre d'ouvrages sur l'Afrique du
nord.

Rose. — Bibliothèque de l'Académie d'Hippone à la bibliothèque
municipale; elle contient le Corpus inscriptionum semiticarum, le
Recueil de L. Renier, et de nombreux périodiques.

Constantin^. — Bibliothèque de la Société archéologique; bi-
bliothèque de la ville. Le Recueil de L. Renier et le Corpus inscrip-
tionum latinarum s'y trouvent avec les principaux périodiques.

Goelma. — Bibliothèque communale. Quelques publications d'ar-
chéologie africaine.

Oran. — Bibliothèque communale; bibliothèque du Cercle mili-
taire. On y trouvera le Recueil de L. Renier, le Corpus inscriptio-
num latinarum et les principaux périodiques.

Tébessa. — Bibliothèque du Cercle militaire. Quelques pério-
diques.

Tunis. — Bibliothèque publique très riche en publications afri-
caines, c'est l'ancienne bibliothèque de Tissot. On y pourra con-
sulter le Recueil de L. Renier, le Corpus inscriptionum latinarum,
le livre de Guérin sur la Tunisie, les Archives des Missions scienti-
fiques, et un grand nombre de périodiques. C'est peut-être la plus
complète en ouvrages spéciaux des bibliothèques de l'Afrique du
nord.

Cette énumération, toute incomplète qu'elle est, suffit à prou-
ver aux voyageurs qu'ils pourront trouver sur place assez de res-
sources scientifiques pour se guider dans leurs recherches. De
plus l'hospitalité étant la vertu africaine par excellence, ils ren-
contreront, parmi les habitants des villes d'Afrique, civils ou mili-
taires, un appui et une sympathie qui ne se démentiront jamais.
Puissent-ils user largement de l'un et de l'autre, pour le plus
grand bien de la science française et de l'Afrique française!
loading ...